Tous les articles par Florence Bergeaud-Blackler

www.bergeaud.blackler.eu

Aux sources de la laïcité en France (entretien avec P.Portier)

Depuis les attentats, la laïcité est sur toutes les lèvres. Mais d’où vient ce concept et quand la France l’a-t-elle adopté ? Dans ce deuxième volet de notre série consacrée à l’«après-Charlie», «CNRS Le journal» revient, avec le chercheur Philippe Portier, sur l’histoire de ce mot qui ne semble plus couler de source.

https://lejournal.cnrs.fr/articles/aux-sources-de-la-laicite-en-france

Audio : « Mieux connaître l’islam » débat animé par le journal du CNRS

Intervenants :
Nabil Mouline est chargé de recherche au CNRS au sein du Centre d’Etudes Interdisciplinaires des faits religieux (unité CNRS/EHESS). Ses thèmes de recherche sont la construction sociale de l’autorité religieuse en islam ainsi que les procédés de légitimation des monarchies arabes. Il est notamment l’auteur des ouvrages : Le Califat imaginaire d’Ahmad al-Mansur. Pouvoir et diplomatie au Maroc auXVIe siècle (PUF, 2009) et Les Clercs de l’islam : autorité religieuse et pouvoir politique en Arabie Saoudite (PUF, 2011).
Pierre Lory est directeur d’études à l’École pratique des hautes études, section des sciences religieuses, chaire de mystique musulmane. Il est membre du Laboratoire d’études sur les monothéismes (Unité CNRS/ EPHE/ Université Paris IV Sorbonne / Université Jean-Monnet de Saint-Étienne). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la mystique et l’ésotérisme en islam dont Le Rêve et ses interprétations en islam,réédité chez Albin Michel en 2014.
Marie-Laure Boursin, anthropologue, est chercheuse associée à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (Idemec, CNRS/ Université Aix-Marseille), à Aix-en-Provence. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2012, portait sur l’apprentissage islamique mis en place par les institutions religieuses (mosquées et écoles coraniques) dans le contexte français et, dans une moindre mesure, bulgare.

Audio : La recherche française sur l’islam

 La-culture-de-l'Islam

Cultures d’Islam

https://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=5013875

Syndiquer le contenupar Abdennour Bidar
Invité : Pascal Buresi, directeur de l’Institut d’études sur l’Islam et les sociétés du monde musulman (IISMM),directeur d’études à l’EHESS
Dans quel état se trouve actuellement la recherche française sur l’Islam (religion et civilisation) ? Pascal Buresi viendra nous confirmer que… ça ne va pas fort ! Manque de  moyens, de chercheurs, la France qui pourrait être un Harvard de l’Islam en raison de sa proximité historique avec le monde musulman, ne compte en la matière que trop peu d’organismes de recherche, et de chaires, dignes de ce nom.

Bibliographie :

Géo-histoire de l’islam, Paris, Belin-sup (2005)

Histoire de l’islam, Paris, La Documentation française. (Documentation Photographique n° 8058), juillet-août 2007.

Les mondes de l’Islam. Une foi, des cultures, Paris, Larousse (2006), réédition (2008)

–  trad. grecque, Ο κόσμος του Ισλάμ, Μία πίστη, πολλοί πολιτισμοί, Athènes, Κασταλία (2007)

Pascal Buresi et Mehdi Ghouirgate, Le Maghreb médiéval (xie–xve siècle), Paris, Armand Colin (coll. Cursus) (2013)

Collectif :  G. Bourel, P. Buresi, M. Chevallier, D. El Kenz et S. Fellous, Enseigner les trois monothéismes, Paris, Hatier (2009)

 

Video : La radicalisation et ses traitements, état des recherches et des savoirs sur le jihadisme

journee

État des recherches et des savoirs sur le jihadisme

Partie 1- Ouverture des journees la radicalisation et ses traitements etat des recherches et des savoirs sur le jihadisme

Partie 2- Presentation du projet de groupement d’interet scientifique (gis) sur la radicalisation la radicalisation et ses traitements etat des recherches et des savoirs sur le jihadisme

Les attentas du 7, 8 et 9 janvier 2015 à Paris ont provoqué dans l’espace publicune profusion de discours explicatifs et prescriptifs, bien compréhensible face à l’ampleurdu choc. Parmi les notions mises en exergue, celles de « radicalisation », de« déradicalisation » et de « contre-radicalisation » ont occupé une place centrale. Or, leschercheurs en sciences humaines et sociales, ainsi que les praticiens sur les terrainséducatif, psychologique et judiciaire ont accumulé depuis plusieurs années dans cedomaine des connaissances qui doivent être prises en compte et mises à la disposition desacteurs publics et de la société civile. Le but de ces journées est d’initier un premier étatdes savoirs entre chercheurs et praticiens sur les processus de l’engagement radical et surles possibilités d’en sortir. Cette rencontre vise également à préparer de futurescollaborations pluridisciplinaires, pluri-professionnelles, pluri-institutionnelles convergentesdans un cadre approprié, à hauteur des menaces actuelles.

Programme

Jeudi 5 mars 2015
Accueil : Fethi Benslama
Ouverture des journées :Christine Clerici : Présidente de l’Université Paris-Diderot,
Marie-Christine Lemardeley :Adjointe à la Maire de Paris
9h30 : Présentation du projet de Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS)sur la radicalisation :Patrick Amoyel, Fethi Benslama, Christian Vallar*
10h-12h30 : Histoire et processus de radicalisation[Président de séance : Fethi Benslama ]•Gilles Kepel : Les trois générations du jihad•Farhad Khosrokhavar : Les deux modèles de la radicalisation•Isabelle sommier : L’engagement radical, un fait social total•Alain Bauer : La guerre ne fait que commencer
14h-17h : Ressorts et figures de l’islam radical[Président de séance : Farhad Khsorokhavar ]•Sami Zegnani :•Thomas Sauvadet : Du « ghetto américain » à l’intégrisme religieux : itinéraires dejeunes de rue issus des cités HLM•Géraldine Casutt : Des femmes dans le sentier d’Allah•David Thomson : Le projet jihadiste
17h-19h : Que peut l’école de la république ?[Président de séance : ]Témoignages et réflexions d’enseignants :•Nathalie Broux, Vincent Casanova, Jean-Rodolphe Loth

Vendredi 6 mars 2015
9h-13h : Dimensions subjectives et cliniques[Président de séance : Gérard Rabinovitch]-1-•Daniel Zagury : Le travail psychique de déshumanisation et de radicalisation• Patrick Amoyel :•Olivier Douville : La radicalisation « des enfants soldats » en Afrique-2-•Amélie Boukhobza : Du trouble subjectif à la radicalisation islamiste•Brigitte Juy-Herbibou : La radicalisation et l’impensé du travail social•Fethi Benslama : L’autosacrifice et l’avidité d’idéal
14h-16 : Justice et politiques publiques[Président de séance : Christian Vallar ]•Juge ????•Bernard Godard : Politique publique française et européenne vis-à-vis de laradicalisation• Jean François Daguzan
16h -19h : Déconstruction des catégories :[Président de séance : Patrick Amoyel ]•Patrick Michel :•Christian Vallar :•Olivier Roy :Gérard Rabinovitch : De la destructivité : fragments sur le BéhémothConclusions : Patrick Amoyel, Fethi Benslama, Christian Vallar

Liste des conférenciers•Patrick Amoyel : Psychanalyste, Vice-Président de la Société Méditerranéenne dePsychiatrie, président de l’association Entre Autres.• Alain Bauer, Professeur de criminologie appliquée au Conservatoire national des arts etmétiers•Fethi Benslama : Psychanalyste, Professeur de psychopathologie clinique, Université Paris-Diderot•Amélie Boukhobza : Psychologue clinicienne, doctorante•Nathalie Broux : Professeure au Lycée du Bourget et au Microlycée 93•Vincent Casanova : Professeur au Microlycée 93•Géraldine Casutt : Doctorante en sociologie des religions, Université de Fribourg (Suisse) etEHESS• Jean François Daguzan : Directeur adjoint de la Fondation pour la recherchestratégique•Olivier Douville : Psychanalyste, Maître de conférence, Université Paris X•Bernard Godard, Ancien chargé des relations avec le culte musulman au ministère del’Intérieur•Olivier Grojean : Directeur de recherche CNRS/ Université Aix-Marseille•Brigitte Juy-Herbibou : Psychanalyste, chargé de cours à l’université de Nice•Gilles Kepel, Professeur, Institut d’Études Politiques•Farhad Khosrokhavar : Directeur de recherche EHESS•Jean-Rodolphe Loth : Professeur d’Arts plastiques, Lycée Saint-Exupéry, Créteil•Patrick Michel : Directeur de recherche CNRS/EHESS, directeur du Centre MauriceHalbwachs• Gérard Rabinovitch : Philosophe, Chercheur au CNRS• Thomas Sauvadet, Maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil. LaboratoireInterdisciplinaire de Recherche sur les Transformations des pratiques éducatives et des pratiquesSociales (LIRTES)• Brigitte Sommier : Professeure de sociologie politique à l’Université Paris 1 et chercheureau Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne• David Thomson : journaliste à RFI•Christian Vallar : Doyen de la faculté de Droit et Science Politique, Université de NiceSophia-Antipolis•Daniel Zagury : Psychiatre, chef de service au Centre psychiatrique du Bois-de-Bondy•Sami Zegnani : Maître de conférence, Université de Rennes

Organisation du colloque : Fethi Benslama

Source :

https://www.canal-u.tv/video/universite_paris_diderot/1_ouverture_des_journees_la_radicalisation_et_ses_traitements_etat_des_recherches_et_des_savoirs_sur_le_jihadisme.17282

Vidéo : Conférence sur les processus de radicalisation (EHESS)

https://www.canal-u.tv/video/ehess/processus_de_radicalisation.17298

Séance exceptionnelle dans le cadre d’un cycle de quatre conférences-débats organisées par l’EHESS

avec :

David El Kenz, historien, maître de conférences, Université de Bourgogne

Claire de Galembert, sociologue, chargée de recherche, Institut des sciences sociales du politique

Charles Grémont, historien, chargé de Recherche, ’Institut de recherche pour le développement IRD

Nathalie Luca, anthropologue, directrice de recherche CNRS, directrice adjointe du Centre d’études interdisciplinaire du fait religieux (CEIFR – EHESS)

Claire Paucher, juge des enfants

Conférence-débat animée par Sylvain Bourmeau, France Culture, professeur associé à l’EHESS

Après les attentats, les sciences humaines se mobilisent, entretien avec Patrice Bourdelais


Après les attentats, les sciences humaines se mobilisent – 19.02.2015

CNRS Le Journal- lance une série d’articles sur la laïcité, les religions et les phénomènes de radicalisation.

Aujourd’hui, Patrice Bourdelais, directeur de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, revient sur les abondantes recherches déjà réalisées dans le domaine et expose les mesures à prendre d’urgence.

Au lendemain des attentats de Paris, perpétrés les 7, 8 et 9 janvier 2015, les médias ont beaucoup parlé – ou reparlé – de la radicalisation religieuse, de la jeunesse des banlieues, de la pratique religieuse et de ses relations à la citoyenneté. Ces questions n’ont pas surgi brutalement début janvier…

Patrice Bourdelais : En effet, depuis au moins une quinzaine d’années, les chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS) ont conduit beaucoup de recherches sur ces thématiques, publiées sous la forme d’articles et de livres. Elles ont révélé de nombreux processus reliés entre eux, notamment ceux de la ségrégation sociale, des difficultés dans les écoles, de la radicalisation religieuse dans les prisons ou dans certains quartiers. Mais il me semble qu’en dépit d’une production de grande qualité et de publications signalant les risques, les résultats de ces recherches ont en réalité trouvé peu d’échos durables au-delà du cercle des spécialistes. Ces travaux ont rarement abouti à des actions concrètes parce qu’ils analysaient des processus complexes qui ne correspondaient peut-être pas aux attentes des politiques ou qui auraient demandé des politiques malaisées à mettre en place.

Les travaux de Farhad Khosrokhavar (pionnier dans l’étude sur l’islam dans les prisons) ou encore ceux d’Olivier Roy et de Gilles Kepel n’étaient-ils pas déjà largement relayés avant les attentats ?

P. B. : Oui, et c’est heureux ! Mais, en dehors des travaux de quelques experts très en vue, la plupart des productions, que nous avons d’ailleurs recensées il y a un mois dans une note transmise au ministère de l’Éducation supérieure et de la Recherche, n’ont pas été assez lues. Les thématiques étudiées sont très vastes. Pour ce qui concerne l’islamologie, il faut continuer à travailler sur différentes questions : la façon dont la religion se construit, comment s’organisent ses différentes branches, quelles en sont les différentes lectures et quelles sont les implications sociales et politiques. Des études se sont aussi centrées sur des questions qui faisaient débat dans l’opinion, en particulier le halal en France et la place des religions dans l’espace public. Elles ont montré qu’en dépit des phénomènes de radicalisation religieuse et sociale, qui sont des phénomènes marginaux, l’islam en France se laïcise petit à petit. Il y a aussi eu beaucoup de travaux dans le domaine des études globales et aréales, fortement soutenues par le CNRS. Ils permettent de disposer d’approches comparées et d’étudier, par exemple, comment des différences culturelles se sont transformées et traduites en conflits en Turquie, en Iran et au Pakistan.

Et comment on passe, par exemple, de la simple « friction culturelle » au conflit identitaire ouvert. Pour quelles raisons le transfert des résultats de la recherche vers les responsables politiques ne fonctionne-t-il pas bien selon vous ?

P. B. : On peut notamment évoquer la disparition, au cours des années 2000, des petites structures intermédiaires, des groupes de travail, organisés par les ministères dans les années 1980, qui permettaient précisément ce transfert vers les sphères de l’administration centrale. Le ministère de la Ville en avait créé sur des thèmes comme « la ville et le vivre ensemble ». On trouvait alors ces groupes de travail dans la plupart des ministères. Les chercheurs y contribuaient directement à l’élaboration de propositions de mesures, apportant leurs connaissances, mais aussi leurs manières d’aborder les problèmes à la lumière des résultats de recherche. C’est aussi de cette époque que date l’excellente collaboration construite entre le CNRS et le ministère de la Justice, en particulier avec la direction de l’administration pénitentiaire. Il existe même des structures pérennes de recherche1 et des programmes gérés de façon conjointe. Cela s’est traduit par des mesures précises sur les manières d’enseigner dans les prisons, d’y apprendre un métier, d’y préparer la réinsertion des détenus. Mais, entre le moment de la diffusion des résultats d’une recherche et celui qui offre les conditions favorables à une mise en place des mesures qui en sont issues, des années peuvent s’écouler. Parfois, faute de ressources humaines, elles ne peuvent s’appliquer que progressivement alors que le besoin est immédiat. C’est le cas, par exemple, lorsqu’on considère le manque d’imams dans les prisons ou dans les hôpitaux.

Le danger est qu’une fois l’émotion retombée, rien ne bouge… Que faudrait-il mettre en place pour améliorer les recherches et fluidifier le transfert des résultats vers la société ?

P. B. : Avec les acteurs de la recherche en SHS, nous avons identifié un certain nombre de mesures à prendre d’urgence. Elles sont listées dans une note de l’Alliance nationale des sciences humaines et sociales Athena (link is external), qui est présidée par Alain Fuchs, président du CNRS, et dont l’assemblée générale s’est tenue jeudi 19 février. Dans cette note, il est ainsi proposé de renforcer certaines structures qui ont notamment pour mission d’améliorer la formation des professionnels dans les administrations publiques et dans les entreprises. Je pense en particulier à l’IISMM (Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman), créé en 1999 avec le soutien du ministère de l’Intérieur. Nous aimerions aussi renforcer le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) « Moyen-Orient et mondes musulmans », créé il y a deux ans. Lieu de réflexion et d’échange pour tous les spécialistes concernés, il a déjà permis de mieux coordonner la recherche, menée principalement en région parisienne, dans les universités d’Aix-Marseille, de Lyon et de Strasbourg. Nous proposons aussi d’organiser, sur le modèle des Community services des universités américaines, des structures permettant aux chercheurs de mettre leurs connaissances et leur expertise au service de la communauté locale. Par exemple, les spécialistes pourraient proposer leur collaboration aux associations qui travaillent sur le terrain pour renforcer le lien social, aux structures publiques de proximité et bien sûr aux enseignants du secondaire qui le souhaitent.

Sans toutes les citer, quelles autres recommandations trouve-t-on dans la note dont vous parliez ?

P. B. : L’une des recommandations propose de faciliter l’accès aux terrains de recherche dans le monde arabo-musulman. Nous soutenons donc particulièrement les Umifre (Unités mixtes des Instituts français de recherche à l’étranger), partenariats entre le CNRS et le ministère des Affaires étrangères et du Développement international, qui offrent aux chercheurs la possibilité de s’établir dans des laboratoires partenaires à l’étranger. Elles leur procurent des points d’immersion exceptionnels et leur permettent de tisser des coopérations avec les institutions des pays où elles sont établies. Il me semble par ailleurs que, comparé à d’autres pays comme les États-Unis, l’investissement réalisé en termes d’effectifs n’a pas été à la hauteur des enjeux. Le nombre de chercheurs travaillant sur l’islamologie et sur l’histoire des pays arabes, sur l’islam contemporain dans les pays non arabophones, sur les formes de la citoyenneté d’aujourd’hui, sur les processus de radicalisation, etc., reste modeste. Le CNRS recrutera donc dès les prochains concours, à l’automne, des chercheurs sur ces thématiques. J’espère que ce sera aussi le cas dans les autres établissements de recherche (universités, grandes écoles, etc.). Le danger est qu’une fois l’émotion retombée, rien ne bouge… Nous devons montrer que le milieu de la recherche sait aussi gérer les nécessités à court terme. Le CNRS et ses partenaires d’Athena proposent aussi de faire du risque terroriste un nouvel objet de recherche.

De quoi s’agit-il ?

P. B. : Le CNRS s’est déjà mobilisé, grâce à sa Mission pour l’interdisciplinarité, sur les questions des risques environnementaux. Il nous semble qu’à présent le « risque terroriste », proprement humain, devrait lui aussi devenir un objet d’étude pour les SHS. Depuis les attentats, ce sujet de recherche peut prendre toute sa place. La violence ne peut plus être perçue comme seule conséquence des discriminations, de la marginalisation sociale, etc. La dimension religieuse ne peut plus être négligée. Mais, pour faire du risque terroriste un objet de recherche pertinent, il faudra poursuivre les collaborations déjà en place entre les chercheurs en SHS et ceux des sciences de l’information et du numérique. Il s’agit notamment d’impliquer les SHS dans le développement des techniques de détection des risques, par l’usage des big data par exemple. Il faudra aussi réfléchir sur les façons d’articuler l’usage de ces techniques avec le respect des libertés individuelles. Nous avons là un défi sociétal majeur sur lequel les recherches doivent apporter les éclairages indispensables à l’action.

Notes 1. Il s’agit d’une Unité mixte de recherche, le Cesdip (unité CNRS/Ministère de la Justice/UVSQ), et du Groupement d’intérêt scientifique « Droit et justice ».

source : https://lejournal.cnrs.fr/articles/apres-les-attentats-les-sciences-humaines-se-mobilisent
Reproduit ici avec la permission de l’auteur.

Après Charlie, quelle recherche ? par Alain Fuchs

totoAprès Charlie, quelle recherche ?
Extraits de TRIBUNE Libération 19/02/2015

PAR ALAIN FUCHS PRÉSIDENT DU CNRS ET DE ATHÉNA, L’ALLIANCE DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES

« La France est riche de quelques centaines de scientifiques dans ces domaines. Nous ne sommes donc pas démunis, même si comparé à celui d’autres pays, comme les universités américaines après 2001, l’investissement réalisé dans la recherche et les recrutements n’a pas été tout à fait à la hauteur des enjeux. Et, si les questions ont été traitées, le nombre d’enseignants-chercheurs et de chercheurs concernés reste modeste en nombre. Nous avons des lacunes, incontestablement.

Si notre besoin de comprendre est immense, la nécessité d’agir l’est tout autant. Et là, un premier constat saute aux yeux : ces études, remarquables pour beaucoup d’entre elles, n’ont pas enclenché d’actions concrètes. Comment expliquer que si peu de travaux aient trouvé des débouchés dans l’action politique ? Que dirait-on de découvertes dans le domaine de l’énergie que nous n’aurions pas cherché à «transférer» dans le monde industriel ? En rejeter la responsabilité sur les seuls politiques serait trop simple. Nous devons réfléchir à un meilleur «transfert» des savoirs existants vers les décideurs publics au sens large.
(…)

Nous devons aussi encourager les travaux sur l’islam contemporain dans les pays non arabophones, et les formes de citoyenneté d’aujourd’hui, ainsi que sur les processus de radicalisation en Europe et hors d’Europe, et dans une perspective comparatiste : il faut traiter ces questions dans leur globalité géographique et politique, éviter une vision ethnocentrée des processus à l’œuvre. Nous devons utiliser toutes nos ressources, dont nos très nombreux étudiants, enseignants-chercheurs et chercheurs, qui maîtrisent l’arabe classique et ses variantes régionales et ont souvent connu de près le désastre de la radicalisation islamiste. Dans notre pays, l’enseignement de la langue arabe est dramatiquement faible, tandis que les recherches en islamologie, sur l’histoire des pays arabes, sont devenues des disciplines rares. Ces chantiers sont urgents…. »

Source : Libération
http://www.liberation.fr/societe/2015/02/19/apres-charlie-quelle-recherche_1205979

Rapport « Les facteurs de création ou de modification des processus de radicalisation violente, chez les jeunes en particulier » (2007)

Rapport « Les facteurs de création ou de modification des processus de radicalisation violente, chez les jeunes en particulier » (2007)


Une étude réalisée par CEIS pour la Commission Européenne (Direction Générale Justice Liberté et Sécurité)
Directeur de Mission : Axel DYEVRE (adyevre@ceis-strat.com) Auteure du rapport & Directrice scientifique de l’Etude : Selma BELAALA

Source : http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/e-library/docs/pdf/ec_radicalisation_study_on_trigger_factors_fr.pdf

Télécharger rapport PDF

AUDIO DES CONFÉRENCES DU CYCLE 2015 « ISLAMS DE FRANCE, ISLAMS D’EUROPE » SUR CANAL-U

LES CONFÉRENCES DU CYCLE 2015 « ISLAMS DE FRANCE, ISLAMS D’EUROPE » SONT EN LIGNE SUR CANAL-U

Vous pouvez réécouter les premières conférences du cycle 2015 « Islams de France, Islams d’Europe » sur la chaîne de l’IISMM de Canal-U.

1er mardi du mois, 18h-20h

Amphithéâtre François Furet, 105 bd Raspail, 75006 Paris (M° Saint-Placide ou Notre-Dame-des-champs)
Entrée libre

Le regard que l’on porte habituellement sur la population musulmane de notre pays est en grande partie déterminé par les conditions historiques et les caractéristiques sociologiques de celle-ci. Or, les origines de cette population, enfant non assumée de la colonisation, et fille d’une immigration encore largement canton- née aux banlieues, remontent au moins à la fin du 19esiècle.

Le cycle de conférences publiques que propose l’IISMM entend restituer la diversité de ces islams de France et éclairer les enjeux et les non-dits des débats que suscite cette présence musulmane dans l’un des pays pro- moteurs de la laïcité. Les différentes interventions, souvent à plusieurs voix, proposeront ainsi, par touches successives, une analyse distanciée, éclairée par des comparaisons avec d’autres pays européens ainsi que par le regard de spécialistes étrangers.

Lundi 26 Janvier 2015 à 14h, le séminaire CHERPA/IDEMEC reçoit Haoues SENIGUER : Observer l’islam de France dans le cyberespace Pluralité, conflictualité et dissolution de l’autorité des clercs

Observer l’islam de France dans le cyberespace
Pluralité, conflictualité et dissolution de l’autorité des clercs

Haouès SENIGUER
Maître de conférences en science politique | Sciences Po Lyon

26 JANVIER 2014 14h-16h, MMSH, salle 101

Résumé : L’internet militant a émergé au milieu des années 1990. Depuis lors, il s’est considérablement développé compte tenu de la diffusion à énormément de foyers et de lieux de ce mode de communication et d’information inédit dans l’histoire. Les acteurs musulmans, ou ceux qui s’expriment au nom de la religion musulmane, y ont abondamment recours; ils s’en sont emparés, notamment dans les milieux de l’islam francophone. Aussi, non seulement l’Internet a accru l’offre en matière de « biens de salut islamique », visibilisé encore davantage les rapports de force et les conflits incessants au sein des communautés musulmanes francophones, en France en particulier, mais également défait définitivement l’autorité des clercs établis, proclamés ou autoproclamés, lesquels doivent eux-mêmes recourir à l’Internet pour essayer de rester compétitifs sur le marché religieux. On assiste à une pluralisation des modes de mobilisation de la référence à l’islam pour des causes multiples: soutien à la Palestine, dénonciation du régime de Bachar al-Assad, lutte contre l’islamophobie, promotion du soufisme, etc. La communication aura pour but d’évoquer le cas de certaines nouvelles figures de l’islam de France, les sites musulmans français, leur manière d’envisager l’actualité et les effets produits dans la réalité par les débats sur la Toile.

A propos du séminaire :

Ce séminaire commun  rassemble, à raison d’une séance tous les deux mois, les doctorants en sciences sociales concernés et intéressés  par l’étude du fait religieux. Il est animé par Franck Frégosi (CHERPA) et Florence Bergeaud-Blackler  (IDEMEC-REMAM). Il contribue à  renforcer la visibilité scientifique des doctorants au sein du champ aixois des équipes et des centres de recherche concernés par l’étude du fait religieux et de ses multiples effets sociaux. C’est un séminaire à dimension méthodologique et pédagogique qui vise à familiariser les auditeurs(qu’ils travaillent directement ou indirectement sur le religieux) à la multiplicité des approches en sciences sociales portant sur le fait religieux. Pour mener à bien ce projet nous avons opté pour une entrée pratique à partir de la problématique des multiples niveaux de présence et de manifestation du fait religieux (majoritaire et minoritaire) dans l’espace de la « cité ».  La « cité » est ici entendue à la fois dans son acception territoriale d’espace local (espace urbain) comme dans son acception plus large d’espace public. Le double objectif poursuivi est de présenter les diverses approches disciplinaires du fait religieux (anthropologie, sociologie, droit…), comme les diverses déclinaisons et manifestations du religieux ainsi que les enjeux théoriques et pratiques que soulève son analyse par les sciences sociales.

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme,
5, rue du château de l’horloge, BP 647 13094 Aix-en-Provence, France
salle 101

 

 

The Oxford Handbook of American Islam by Yvonne Haddad & Jane I.Smith

 

The Oxford Handbook of American Islam

Edited by Yvonne Y. Haddad and Jane I. Smith

Islam has been part of the increasingly complex American religious scene for well over a century, and was brought into more dramatic focus by the attacks of September 11, 2001. American Islam is practiced by a unique blend of immigrants and American-born Muslims. The immigrants have come from all corners of the world; they include rich and poor, well-educated and illiterate, those from upper and lower classes as well as economic and political refugees. The community’s diversity has been enhanced by the conversion of African Americans, Latina/os, and others, making it the most heterogeneous Muslim community in the world.

With an up-to-the-minute analysis by thirty of the top scholars in the field, this handbook covers the growth of Islam in America from the earliest Muslims to set foot on American soil to the current wave of Islamophobia. Topics covered include the development of African American Islam; pre- and post-WWII immigrants; Sunni, Shi`ite, sectarian and Sufi movements in America; the role and status of women, marriage, and family; and the Americanization of Islamic culture.

Throughout these chapters the contributors explore the meaning of religious identity in the context of race, ethnicity, gender, and politics, both within the American Islamic community and in relation to international Islam.

 

Table of Contents

Contributors
Introduction – Yvonne Y. Haddad and Jane I. Smith

PART I: FORMATION OF THE MUSLIM COMMUNITY IN NORTH AMERICA

1. The First Stirrings of Islam in America – Sylviane A. Diouf
2. Muslim Immigration to America – Randa B. Serhan
3. Imams and Chaplains as American Religious Professionals – Timur R. Yuskaev and Harvey Stark
4. Islamic Organizations in the United States – Jocelyne Cesari
5. African American Muslims – Caroline Moxley Rouse
6. The Twelver Shi’is in America – Liyakat Takim
7. Sufi Movements in America – Marcia Hermansen
8. Muslim Minority Groups in American Islam – Yvonne Y. Haddad and Jane I. Smith

PART II: INSTITUTIONALIZATION OF ISLAM IN NORTH AMERICA

9. Practicing Islam in the United States – Muzammil H. Siddiqi
10. Shari’a and Fiqh in the United States – Asma Afsaruddin
11. Muslim Women in the United States – Kathleen M. Moore
12. Marriage in American Muslim Communities – Juliane Hammer
13. Mosques in the United States – Ihsan Bagby
14. Developments in Islamic Education in the United States – Susan L. Douglass
15. American Muslim Youth Movements – Rabia Kamal
16. Da’wa in the United States – Kathleen M. Moore
17. Islam in American Prisons – Susan Van Baalen
18. Volunteerism among American Immigrant Muslims – Altaf Husain

PART III: INTEGRATION AND ASSIMILATION OF MUSLIMS

19. Muslim Americans and the Political System – Abdulkader H. Sinno
20. The Intellectual Contributions of American Muslim Scholars – Sara J. Chehab and Marvin R.Whitaker, Jr.
21. Muslim-Christian Relations in the United States – Peter Makari
22. American Muslims in the Age of New Media – Nadia Khan
23. Muslim Artists in America – Munir Jiwa
24. American Mosque Architecture – Akel Ismail Kahera
25. Islamic Dress and Fashion in the United States – Rabia Kamal
26. Health and Medicine among American Muslims – Lance D. Laird
27. Muslims in Film and Muslim Filmmaking in the United States – Hussein Rashid
28. American Muslims and Global Islam – Peter Mandaville
29. The War on Terror and Its Effects on American Muslims – Charles Kimball
30. Islamophobia and Anti-Muslim Sentiment in the United States – Peter Gottschalk

Editors

Yvonne Y. Haddad is Professor of History of Islam and Christian-Muslim Relations at Georgetown University. She is the past president of the Middle East Studies Association and the American Academy of Religion, New England Region. She is a member of the Council on Foreign Relations. She is a recipient of the Distinguished Alumnus Award for Outstanding Achievement and Distinction in Service to the Profession from the Boston University School of Theology (2007) and Scholar of the Year from the Canadian Corporation for Studies in Religion (2002). Her extensive publications include Not Quite American? and Contemporary Islam and the Challenge of History.

Jane I. Smith retired in 2012 as Associate Dean for Academic Affairs and Senior Lecturer in Islamic Studies at Harvard Divinity School. Currently she is Professor Emerita at Hartford Seminary. She is the author of a number of books on such topics as Islam in America, Christian-Muslim dialogue, women in Islam, American Muslims and education, and minority Muslim communities in America.

https://global.oup.com/academic/product/the-oxford-handbook-of-american-islam-9780199862634?cc=fr&lang=en&