Archives de catégorie : Billets

Maître de Conférences « Islamologie et radicalisation. L’islam dans la cité en temps de mondialisation »

L’IREMAM est heureux de vous annoncer qu’un poste de Maître de Conférences « Islamologie et radicalisation. L’islam dans la cité en temps de mondialisation »
est à pourvoir à AMU/IREMAM.
Prise de fonction : Décembre 2016.

Consulter le profil du poste de MCF « Islamologie et radicalisation. L’islam dans la cité en temps de mondialisation » AMU/IREMAM 532sur Galaxie.

Candidature du 13/07 au 25/08 à déposer sur Demeter.

Appels à projets de recherche 2016 :Islam, religion, société

AAP MI – MESR

En février 2015, le Gouvernement annonçait entre autres mesures le soutien à la recherche en islamologie ainsi que sur l’islam de France. Cette annonce fait suite au constat d’un déclin de l’islamologie en France (Livre Blanc du GIS Moyen-Orient/Mondes Musulmans et Rapport Disciplines rares, 2014), contrairement à la plupart des pays européens, et d’un défaut de renouvellement des travaux en sciences humaines portant sur l’islam de France. Une ligne de crédits de recherche intitulée Islam, Religion, Société a donc été ouverte pour la première fois à la rentrée 2015, avec pour finalité de répondre aux besoins de connaissance de la diversité des institutions, courants, pratiques et discours relatifs à l’islam contemporain en France, de sa composition, en mutations et recompositions permanentes. Les usages passés et présents du corpus religieux islamique, l’étude de la production scripturaire ancienne comme contemporaine ne seront pas non plus ignorés. Une approche pluridisciplinaire intégrant sociologues, anthropologues, juristes, économistes, politologues, historiens et islamologues a été privilégiée.

Les appels à projets 2016, qui s’adressent à l’ensemble de la communauté académique francophone, répondent aux besoins de connaissance des pouvoirs publics, dont le récent rapport Recherche sur les radicalisations de l’Alliance Athena (mars 2016) estime qu’ils devraient nouer un dialogue plus soutenu avec le monde de la recherche. Plusieurs thèmes ont été retenus cette année, en accord avec le Conseil scientifique de ces crédits de recherche, composé de sept universitaires reconnus, présidé par le professeur Francis Messner (Université de Strasbourg).

En amont de la « radicalisation », il conviendra de préciser la nature des Discours de rupture (Projet n°8 – 2016) qui circulent dans l’espace discursif musulman français ainsi que leurs vecteurs. A l’opposé de ces discours de rupture, on ne doit pas ignorer pour autant les Approches réformistes (Projet n°11 – 2016) de plus en plus visibles. Un appel d’offres sera également lancé sur le thème de l’Enseignement confessionnel destiné aux enfants (Projet n°9 – 2016) ainsi que sur les Etablissements scolaires musulmans en France (Projet n°10 – 2016) qui se sont multipliés ces dernières années. Enfin, il est envisagé de financer le prolongement de l’étude préliminaire sur Le marché halal en France et en Europe (Projet n°12 – 2016) amorcée en 2015 ainsi que de proposer à une équipe de recherche de mener une investigation sur le Hadj : étude du marché français et enquête de satisfaction des pèlerins (Projet n°13 – 2016), deux secteurs socio-économiques en pleine structuration, qui constituent également des sujets d’intérêts.

Ces crédits de recherche soutiendront par ailleurs la création d’un Prix Rémy Leveau de la thèse en sciences humaines et sociales de l’islam de France et d’Europe qui sera attribué tous les deux ans en alternance avec le Prix Mohamed Arkoun de la thèse en islamologie par le GIS Moyen-Orient/Mondes Musulmanset l’IISMM-EHESS.

Modalités des candidatures :

  • L’appel est ouvert à tout porteur de projet titulaire d’une thèse de doctorat dans le domaine des sciences humaines et sociales, affilié à un laboratoire de recherche reconnu, notamment EA et UMR, et bénéficiant d’une réelle compétence dans les champs et thématiques impliquées. La date limite d’envoi des propositions (1 exemplaire par courriel, un exemplaire par courrier, voir ci-dessous) est fixée au 13 mai 2016.
  • Le dossier sera constitué d’un projet qui s’articulera principalement autour de deux axes : 1. Présentation, état de la question, problématisation ; 2. Axes de recherche, méthode et mise en œuvre pratique (modalités de l’enquête de terrain, calendrier du déroulement de la recherche, et budget prévisionnel), suivis d’une courte bibliographie indicative, l’ensemble ne devant pas excéder 5 pages (hors CV et lettre de soutien).
  • Le dossier électronique devra être accompagné – dans le même document que le projet – d’un CV du ou des porteurs de projet (qui mentionnera clairement les publications, notamment) ainsi que d’une lettre de soutien du/de la directeur/trice d’un laboratoire de recherche qui s’engage à héberger le projet s’il est retenu. Une lettre de recommandation pourra également être jointe au dossier. On n’omettra pas le cas échéant de préciser en quelques lignes les noms, prénoms, et références des chercheurs (étudiants de master; doctorants, post-doctorants, enseignants ou chercheurs statutaires) susceptibles de composer l’équipe de recherche, ainsi que leur rôle précis au sein de celle-ci. Le porteur de projet ajoutera enfin à l’exemplaire papier de son dossier (uniquement, et non au dossier par courriel, voir ci-dessous) l’une de ses publications relative au sujet pour lequel il candidate.
  • Chaque porteur évaluera de manière réaliste ses besoins en matière de ressources humaines et matérielles en proposant un budget prévisionnel précis (sachant qu’une somme plafond par projet a déjà été arrêtée par le conseil scientifique). Il/Elle pourra le cas échéant se rapprocher du Bureau Central des Cultes pour obtenir plus d’informations sur ce point.
  • Les dossiers de candidature au format papier (+ publication significative) seront envoyés au Ministère de l’intérieur, DLPAJ, Bureau central des cultes, 1 bis Place des Saussaies, 75008 et au format électronique (sans publication significative) à bureau-central-cultes@interieur.gouv.fr  (la case « sujet » du courriel indiquera le numéro du projet pour lequel postule le candidat) via une plateforme de téléchargement avant le 30 mai 2016. Ils seront ensuite examinés par un conseil scientifique en charge de l’évaluation. Le conseil d’administration communiquera les délibérations et décisions aux candidats dans le courant du mois de juillet 2016.

 

Projet n°8 – Discours de rupture

Projet n°9 – Enseignement confessionnel destiné aux enfants

Projet n°10 –Etablissements scolaires musulmans en France

Projet n°11 – Approches réformistes

Projet n°12 – Le marché halal en France et en Europe

Projet n°13 – Hadj : étude du marché français et enquête de satisfaction des pélerins


Créations de postes dès la rentrée 2016 pour renforcer la recherche et la formation en islamologie et sur la thématique de la radicalisation


Grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République : Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon annoncent des créations de postes dès la rentrée 2016 pour renforcer la recherche et la formation en islamologie et sur la thématique de la radicalisation
[Mobilisation pour les valeurs de la République]  – Communiqué de presse – Najat Vallaud-Belkacem – Thierry Mandon – 19/02/2016

Comme prévu dans le cadre de la Grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République engagée par Najat Vallaud-Belkacem à la suite des attentats de janvier 2015, et en s’appuyant sur le rapport sur les « disciplines rares » de Fabienne Blaise, Pierre Mutzenhardt et Gilles Rousel remis en décembre 2014, Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon ont décidé de soutenir la recherche et la formation sur une discipline et une thématique spécifiques : l’islamologie d’une part, et la thématique de la radicalisation d’autre part, car elles souffrent aujourd’hui d’un déficit d’emplois et d’étudiants. Les ministres annoncent donc la création d’emplois d’enseignants chercheurs qui vont permettre de renforcer des projets de formation et de recherche sur ces sujets dès la rentrée 2016.

Un appel à manifestation d’intérêt avait été lancé en décembre 2015 en direction des établissements d’enseignement supérieur. Parmi les 27 dossiers reçus, une première sélection a permis de retenir six projets :

  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Création d’un poste de maître de conférences en sciences politiques autour du thème « Radicalité islamique : parcours militants, réseaux transnationaux et pratiques d’État ».
  • Université de Strasbourg : Création d’une licence d’islamologie.
  • Sorbonne Université : Création d’un poste d’enseignant chercheur en didactique du fait religieux islamique et de la construction culturelle de l’arabité, en lien avec l’Ecole supérieur du professorat et de l’éducation (ESPE) de l’académie de Paris. Cette perspective sociologique sera utile aux futurs enseignants d’arabe ainsi que d’autres disciplines (histoire, géographie, économie, philosophie).
  • Aix-Marseille Université : Création d’un poste d’enseignant chercheur autour du thème « L’islam dans la cité en temps de mondialisation – textes, débats et pratiques du 19e siècle à nos jours » au sein du laboratoire de recherche IREMAM.
  • Ecole pratiques des hautes études : Création d’un poste de directeur d’études en islamologie et plus particulièrement sur l’exégèse et la théologie de l’islam sunnite. Ce directeur d’études interviendra également en formation, en lien avec l’Institut européen en sciences des religions au sein de l’EPHE.
  • Université de Lyon : Création d’un poste d’ingénieur de recherche en appui de la thématique « Histoire de la pensée islamique : textes et pratiques religieuses ». Le poste viendra en appui des études comparatives.

Une seconde sélection sera effectuée prochainement, à la lumière des conclusions du rapport de l’Alliance ATHENA sur la recherche en islamologie et sur la thématique de la radicalisation. Cette seconde sélection permettra de soutenir les projets de 4 établissements supplémentaires. Au total, ces nouveaux moyens représenteront 650 000 euros pour l’année universitaire 2016.

Catherine Mayeur-Jaouen, professeur d’histoire de l’islam moderne et contemporain à l’INALCO, assurera le suivi des actions menées grâce à ces créations d’emplois, en lien avec la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP) et la direction générale de la recherche et de l’innovation (DGRI).

Ce soutien aux disciplines rares donnera lieu à un nouvel appel à manifestation d’intérêt en direction des établissements d’enseignement supérieur pour l’année 2017.

Rapport de l’Institut Montaigne. 2015. Discriminations religieuses à l’embauche : une réalité, par Marie-Anne Valfort

L’appartenance religieuse est un facteur important de discrimination à l’embauche. Elle touche plus particulièrement les candidats musulmans.

Le rapport est signé par  Marie-Anne Valfort, économiste à l’École d’Économie de Paris, à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Le  testing a été réalisé à partir de  6231  CV en France métropolitaine de septembre 2013 à septembre 2014. Il  inclut les trois grands monothéismes présents sur le sol national.

Si le protocole d’enquête est rigoureux et les interprétations sérieuses, celles-ci peuvent être fragilisées par une faible connaissances des comportements et pratiques religieux, qui sont alors traitées sous l’angle de la perception et des stéréotypes.

Il s’agit néanmoins du plus complet et vaste des rapports sur le sujet.

http://www.institutmontaigne.org/res/files/publications/20150824_Etude%20discrimination.pdf

 

 

 

Ouverture du carnet de recherche Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire (REDISCO)

Le collectif de recherche Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire (REDISCO) vient d’ouvrir un carnet sur la plateforme Hypothèse. Ce carnet diffuse l’actualité de la recherche « Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire » portée par l’université Lyon 2 (laboratoire Éducation, cultures, politiques) en partenariat avec l’Ifé-ENS de Lyon (2015-2020).

Le collectif REDISCO mène une enquête de grande ampleur auprès de personnels de l’éducation (enseignants, chefs d’établissement, conseillers d’éducation). Comment agissent-ils, quelles ressources mobilisent-ils (argumentaires ou autres), parfois en amont des situations, selon quelles logiques, en référence à quels principes de justice ?  Comment interprètent-ils l’expression des religions, les manifestations de discriminations et de racisme ? L’équipe est pluridisciplinaire : sciences de l’éducation, sociologues, didacticiens, historiens, linguistes, psychologues, philosophes. Elle est aussi pluricatégorielle : enseignants-chercheurs, étudiants (M2 recherche, doctorants), enseignants du secondaire associés à l’Ifé-ENS de Lyon. Sa perspective est internationale: France, Québec, Suisse, Brésil.

Lien : http://redisco.hypotheses.org/

 

Publication : L’ISLAM DE FRANCE : NOUVEAUX ACTEURS, NOUVEAUX ENJEUX

L’ISLAM DE FRANCE : NOUVEAUX ACTEURS, NOUVEAUX ENJEUX

Confluences Méditerranée n°95, 2015 (sortie en Janvier 2016)
Robert BistolfiHaoues Seniguer
Dossier dirigé par Robert Bistolfi et Haoues Seniguer

Les textes proposés dans ce dossier ne prétendent pas fournir un tableau exhaustif des dynamiques de ouautour de l’islam de France, mais simplement d’apporter des éléments d’analyse au travail de la raison. Au sommaire notamment : La porte étroite : les musulmans dans la République ; Leaders musulmans et fabrication d’un « islam civil » ; Le salafisme en France ; Féminisme-s islamiques-s ; La transversalité politique de l’islamophobie, …

 

 

Audio : normativités islamiques, le licite et l’illicite dans l’islam contemporain européen

NORMATIVITÉS ISLAMIQUES, LE LICITE ET L’ILLICITE DANS L’ISLAM CONTEMPORAIN EUROPÉEN

Thème : Normativités islamiques, le licite et l’illicite dans l’islam contemporain européen

Conférence de :

Florence Bergeaud-Blackler, chargée de recherche au CNRS
Fermeture et ouverture de l’espace alimentaire musulman au XX°, de Muhammad ‘Abduh aux prémisses du marché halal

 

Julien Beaugé, post-doctorant au Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique – Épistémologie et Sciences Sociales (CURAPP-ESS).

Modérateur : Pascal Buresi, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EHESS et directeur de l’IISMM

 

Date : 7 avril 2015

Durée : 01h25

Aux sources de la laïcité en France (entretien avec P.Portier)

Depuis les attentats, la laïcité est sur toutes les lèvres. Mais d’où vient ce concept et quand la France l’a-t-elle adopté ? Dans ce deuxième volet de notre série consacrée à l’«après-Charlie», «CNRS Le journal» revient, avec le chercheur Philippe Portier, sur l’histoire de ce mot qui ne semble plus couler de source.

https://lejournal.cnrs.fr/articles/aux-sources-de-la-laicite-en-france

Audio : « Mieux connaître l’islam » débat animé par le journal du CNRS

Intervenants :
Nabil Mouline est chargé de recherche au CNRS au sein du Centre d’Etudes Interdisciplinaires des faits religieux (unité CNRS/EHESS). Ses thèmes de recherche sont la construction sociale de l’autorité religieuse en islam ainsi que les procédés de légitimation des monarchies arabes. Il est notamment l’auteur des ouvrages : Le Califat imaginaire d’Ahmad al-Mansur. Pouvoir et diplomatie au Maroc auXVIe siècle (PUF, 2009) et Les Clercs de l’islam : autorité religieuse et pouvoir politique en Arabie Saoudite (PUF, 2011).
Pierre Lory est directeur d’études à l’École pratique des hautes études, section des sciences religieuses, chaire de mystique musulmane. Il est membre du Laboratoire d’études sur les monothéismes (Unité CNRS/ EPHE/ Université Paris IV Sorbonne / Université Jean-Monnet de Saint-Étienne). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la mystique et l’ésotérisme en islam dont Le Rêve et ses interprétations en islam,réédité chez Albin Michel en 2014.
Marie-Laure Boursin, anthropologue, est chercheuse associée à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (Idemec, CNRS/ Université Aix-Marseille), à Aix-en-Provence. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2012, portait sur l’apprentissage islamique mis en place par les institutions religieuses (mosquées et écoles coraniques) dans le contexte français et, dans une moindre mesure, bulgare.

Audio : La recherche française sur l’islam

 La-culture-de-l'Islam

Cultures d’Islam

https://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=5013875

Syndiquer le contenupar Abdennour Bidar
Invité : Pascal Buresi, directeur de l’Institut d’études sur l’Islam et les sociétés du monde musulman (IISMM),directeur d’études à l’EHESS
Dans quel état se trouve actuellement la recherche française sur l’Islam (religion et civilisation) ? Pascal Buresi viendra nous confirmer que… ça ne va pas fort ! Manque de  moyens, de chercheurs, la France qui pourrait être un Harvard de l’Islam en raison de sa proximité historique avec le monde musulman, ne compte en la matière que trop peu d’organismes de recherche, et de chaires, dignes de ce nom.

Bibliographie :

Géo-histoire de l’islam, Paris, Belin-sup (2005)

Histoire de l’islam, Paris, La Documentation française. (Documentation Photographique n° 8058), juillet-août 2007.

Les mondes de l’Islam. Une foi, des cultures, Paris, Larousse (2006), réédition (2008)

–  trad. grecque, Ο κόσμος του Ισλάμ, Μία πίστη, πολλοί πολιτισμοί, Athènes, Κασταλία (2007)

Pascal Buresi et Mehdi Ghouirgate, Le Maghreb médiéval (xie–xve siècle), Paris, Armand Colin (coll. Cursus) (2013)

Collectif :  G. Bourel, P. Buresi, M. Chevallier, D. El Kenz et S. Fellous, Enseigner les trois monothéismes, Paris, Hatier (2009)