Maître de Conférences « Islamologie et radicalisation. L’islam dans la cité en temps de mondialisation »

L’IREMAM est heureux de vous annoncer qu’un poste de Maître de Conférences « Islamologie et radicalisation. L’islam dans la cité en temps de mondialisation »
est à pourvoir à AMU/IREMAM.
Prise de fonction : Décembre 2016.

Consulter le profil du poste de MCF « Islamologie et radicalisation. L’islam dans la cité en temps de mondialisation » AMU/IREMAM 532sur Galaxie.

Candidature du 13/07 au 25/08 à déposer sur Demeter.

Appels à projets de recherche 2016 :Islam, religion, société

AAP MI – MESR

En février 2015, le Gouvernement annonçait entre autres mesures le soutien à la recherche en islamologie ainsi que sur l’islam de France. Cette annonce fait suite au constat d’un déclin de l’islamologie en France (Livre Blanc du GIS Moyen-Orient/Mondes Musulmans et Rapport Disciplines rares, 2014), contrairement à la plupart des pays européens, et d’un défaut de renouvellement des travaux en sciences humaines portant sur l’islam de France. Une ligne de crédits de recherche intitulée Islam, Religion, Société a donc été ouverte pour la première fois à la rentrée 2015, avec pour finalité de répondre aux besoins de connaissance de la diversité des institutions, courants, pratiques et discours relatifs à l’islam contemporain en France, de sa composition, en mutations et recompositions permanentes. Les usages passés et présents du corpus religieux islamique, l’étude de la production scripturaire ancienne comme contemporaine ne seront pas non plus ignorés. Une approche pluridisciplinaire intégrant sociologues, anthropologues, juristes, économistes, politologues, historiens et islamologues a été privilégiée.

Les appels à projets 2016, qui s’adressent à l’ensemble de la communauté académique francophone, répondent aux besoins de connaissance des pouvoirs publics, dont le récent rapport Recherche sur les radicalisations de l’Alliance Athena (mars 2016) estime qu’ils devraient nouer un dialogue plus soutenu avec le monde de la recherche. Plusieurs thèmes ont été retenus cette année, en accord avec le Conseil scientifique de ces crédits de recherche, composé de sept universitaires reconnus, présidé par le professeur Francis Messner (Université de Strasbourg).

En amont de la « radicalisation », il conviendra de préciser la nature des Discours de rupture (Projet n°8 – 2016) qui circulent dans l’espace discursif musulman français ainsi que leurs vecteurs. A l’opposé de ces discours de rupture, on ne doit pas ignorer pour autant les Approches réformistes (Projet n°11 – 2016) de plus en plus visibles. Un appel d’offres sera également lancé sur le thème de l’Enseignement confessionnel destiné aux enfants (Projet n°9 – 2016) ainsi que sur les Etablissements scolaires musulmans en France (Projet n°10 – 2016) qui se sont multipliés ces dernières années. Enfin, il est envisagé de financer le prolongement de l’étude préliminaire sur Le marché halal en France et en Europe (Projet n°12 – 2016) amorcée en 2015 ainsi que de proposer à une équipe de recherche de mener une investigation sur le Hadj : étude du marché français et enquête de satisfaction des pèlerins (Projet n°13 – 2016), deux secteurs socio-économiques en pleine structuration, qui constituent également des sujets d’intérêts.

Ces crédits de recherche soutiendront par ailleurs la création d’un Prix Rémy Leveau de la thèse en sciences humaines et sociales de l’islam de France et d’Europe qui sera attribué tous les deux ans en alternance avec le Prix Mohamed Arkoun de la thèse en islamologie par le GIS Moyen-Orient/Mondes Musulmanset l’IISMM-EHESS.

Modalités des candidatures :

  • L’appel est ouvert à tout porteur de projet titulaire d’une thèse de doctorat dans le domaine des sciences humaines et sociales, affilié à un laboratoire de recherche reconnu, notamment EA et UMR, et bénéficiant d’une réelle compétence dans les champs et thématiques impliquées. La date limite d’envoi des propositions (1 exemplaire par courriel, un exemplaire par courrier, voir ci-dessous) est fixée au 13 mai 2016.
  • Le dossier sera constitué d’un projet qui s’articulera principalement autour de deux axes : 1. Présentation, état de la question, problématisation ; 2. Axes de recherche, méthode et mise en œuvre pratique (modalités de l’enquête de terrain, calendrier du déroulement de la recherche, et budget prévisionnel), suivis d’une courte bibliographie indicative, l’ensemble ne devant pas excéder 5 pages (hors CV et lettre de soutien).
  • Le dossier électronique devra être accompagné – dans le même document que le projet – d’un CV du ou des porteurs de projet (qui mentionnera clairement les publications, notamment) ainsi que d’une lettre de soutien du/de la directeur/trice d’un laboratoire de recherche qui s’engage à héberger le projet s’il est retenu. Une lettre de recommandation pourra également être jointe au dossier. On n’omettra pas le cas échéant de préciser en quelques lignes les noms, prénoms, et références des chercheurs (étudiants de master; doctorants, post-doctorants, enseignants ou chercheurs statutaires) susceptibles de composer l’équipe de recherche, ainsi que leur rôle précis au sein de celle-ci. Le porteur de projet ajoutera enfin à l’exemplaire papier de son dossier (uniquement, et non au dossier par courriel, voir ci-dessous) l’une de ses publications relative au sujet pour lequel il candidate.
  • Chaque porteur évaluera de manière réaliste ses besoins en matière de ressources humaines et matérielles en proposant un budget prévisionnel précis (sachant qu’une somme plafond par projet a déjà été arrêtée par le conseil scientifique). Il/Elle pourra le cas échéant se rapprocher du Bureau Central des Cultes pour obtenir plus d’informations sur ce point.
  • Les dossiers de candidature au format papier (+ publication significative) seront envoyés au Ministère de l’intérieur, DLPAJ, Bureau central des cultes, 1 bis Place des Saussaies, 75008 et au format électronique (sans publication significative) à bureau-central-cultes@interieur.gouv.fr  (la case « sujet » du courriel indiquera le numéro du projet pour lequel postule le candidat) via une plateforme de téléchargement avant le 30 mai 2016. Ils seront ensuite examinés par un conseil scientifique en charge de l’évaluation. Le conseil d’administration communiquera les délibérations et décisions aux candidats dans le courant du mois de juillet 2016.

 

Projet n°8 – Discours de rupture

Projet n°9 – Enseignement confessionnel destiné aux enfants

Projet n°10 –Etablissements scolaires musulmans en France

Projet n°11 – Approches réformistes

Projet n°12 – Le marché halal en France et en Europe

Projet n°13 – Hadj : étude du marché français et enquête de satisfaction des pélerins


Rapport sur l’enseignement islamique (2010)

L’enseignement de l’Islam dans les écoles coraniques les institutions de formation islamique et les écoles. Juillet 2010
Responsables scientifiques : Jean-Philippe Bras (directeur de l’IISMM) et Sabrina Mervin (codirectrice de l’IISMM). Coordinateur du projet : Samir Amghar (docteur en sociologie). Chercheurs : Lydie Fournier (docteur en science politique), Omero Marongiu (docteur en sociologie) et Bernard Godard.

RAPPORT-ENSEIGNEMENT-ISLAMIQUE-final

Appel à communication : FORUM : ENSEIGNER LES MONDES MUSULMANS. LANGUES, HISTOIRES, SOCIÉTÉS

Depuis la tenue du premier Congrès du Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Moyen-Orient et mondes musulmans en juillet 2015, la nécessité de renforcer la visibilité de ce champ scientifique se fait toujours plus ressentir. En effet, la société française exprime de fortes demandes en termes de meilleure compréhension des mutations en cours dans les mondes musulmans, et d’élucidation des dynamiques qui y sont à l’œuvre depuis les débuts de l’islam.
Ce premier congrès a permis de faire un état des lieux de la recherche française sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans ; il a sans nul doute contribué à renforcer le sentiment d’appartenance (notamment des plus jeunes) à un milieu scientifique structuré par de nombreux réseaux. De même, il a pu rendre visibles les travaux de plus de 300 participants (dont 80 chercheurs étrangers), en favorisant les rencontres et les décloisonnements entre disciplines, équipes de recherche, et éditeurs scientifiques.
Inscrit dans le prolongement de ce premier congrès, et visant à redonner vigueur et sens à l’enseignement des mondes musulmans dans le cadre républicain de la France d’aujourd’hui, le forum qui se tiendra à Lyon en novembre 2016 mêlera apports scientifiques
et ateliers didactiques et pédagogiques.
Il vise à impliquer l’ensemble de la communauté éducative. Organisé par trois laboratoires lyonnais membres du GIS (le CIHAM, le LARHRA et TRIANGLE), cette manifestation de caractère inédit entend poursuivre, dans le domaine de l’enseignement
et la recherche, la réflexion initiée par le Livre blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.
Plus précisément, ce forum a pour ambition :
-de dresser un état des lieux de l’enseignement des langues, de l’histoire, de la géographie, des littératures, des arts et de la pensée des mondes musulmans dans le système éducatif français ;
– de faire travailler ensemble enseignants du Second degré et chercheurs de toutes disciplines engagés sur les terrains du Maghreb, du Proche et du Moyen-Orient ;
– de formuler des recommandations en vue de renforcer cet enseignement, et d’éviter les écueils qui le rendent parfois difficile en aidant les équipes pédagogiques à s’approprier les acquis de la recherche.
Grâce à l’implication de nombreuses institutions, le forum entend réfléchir sur l’enseignement des mondes musulmans dans la France d’aujourd’hui, et donner quelques pistes pour savoir comment le faire – et le faire le mieux possible. Les contributions viendront s’inscrire dans l’un des ateliers envisagés par les réunions préparatoires, organisés autour de trois axes problématiques. La liste des ateliers n’est pas limitative et la forme des contributions peut varier d’un atelier à l’autre.

1. Récits des origines et historicités
L’idée de cette première session est de couper court aux approches essentialistes des sociétés des mondes musulmans en mettant en avant les différentes manières dont elles s’inscrivent dans l’histoire et dans leurs espaces, et en recontextualisant des discours trop souvent présentés comme intrinsèquement liés à une origine. Cette approche vaut aussi bien pour l’islam que pour les religions du Livre avec qui il a coexisté ou auxquelles il s’est confronté.
Approches des textes et question du sacré
Sacralité de la langue arabe, enjeux de la modernisation de la langue, textes sacrés et sources des normes de conduite.
Les débuts de l’islam
Que sait-on des débuts de l’islam ? Le problème des sources et de leur contextualisation.
La figure de Mohammed. Quel récit et comment l’enseigner ? Quels écueils doivent être évités ?
Guerre, violence et conflictualité
Violence et conflits : comment enseigner les conflits en Méditerranée (Moyen Age époque moderne et contemporaine) ; lectures, mémoires et gestion des conflits passés et présents. Cibles, espaces et territoires de la conflictualité.
L’islam et les fondements du pouvoir
Autour du débat initié par Ali Abderraziq en 1925 : nature du califat, de l’imamat, de la souveraineté, question de la séparation entre politique et religion au XXe siècle et dans le passé.
L’islam et la question des images
La représentation figurative : normes et pratiques ; cultures de l’image dans les mondes musulmans ; effets et enjeux d’une diffusion massive
de la représentation figurée au XXe siècle.
2.
Représentations sociales et savoirs académiques : la question de l’altérité
Cette séquence sera consacrée à l’écart entre les apports de la recherche et les représentations sociales ainsi qu’à la difficulté pour les enseignants et les chercheurs de faire prendre en compte les résultats de leurs travaux. Elle renvoie plus largement à celle des représentations de soi et de l’autre qui marquent les relations entre « Orient » et « Occident », entre « majoritaires » et « minoritaires ».
L’enseignement des langues orientales : offre publique et réseaux associatifs
Enseignement de l’arabe, du turc, du persan et de l’hébreu. Histoire et structuration de l’offre d’enseignement en France : réalités, enjeux, blocages.
Les mondes musulmans dans les programmes du Second degré
Place des mondes musulmans et manière dont ils sont abordés
dans les programmes scolaires et les instructions officielles. État des lieux et perspectives.

Les mondes musulmans dans les manuels scolaires et universitaires
Les manuels scolaires et universitaires : analyse critique, enjeux historiographiques et ressources pédagogiques.
Chercheurs, experts et médias
Enjeux et modes d’affirmation d’une parole académique. S’informer sur internet : entre ressources en ligne et sites de propagande.
L’altérité dans la classe : de la contradiction au débat
Répondre de façon constructive à des incidents, contestations, allégations et certitudes pouvant aller jusqu’à l’exposition de théories complotistes ou négationnistes.
3.
Vivre et créer dans les mondes musulmans
Cette troisième séquence donnera lieu à des ateliers susceptibles de normaliser l’approche des mondes musulmans, et de les inscrire en pleine interaction avec les enjeux dont ils sont contemporains, qui marquent leur connexion avec le reste du monde :
innovations techniques, urbanisme et architecture, création littéraire et artistique, cinématographique, arts graphiques, BD… L’accent sera mis sur la présentation de ressources
documentaires pour l’enseignement, les questionnements sur les débats et les enjeux de la construction sociale et juridique des normes.
Villes et urbanités
Villes et urbanités : nouveaux chantiers de l’histoire, de la géographie et de l’anthropologie urbaine ; les patrimoines et la patrimonialisation : gestion, enjeux.
Scènes émergentes et nouveaux modes d’expression artistique
Festivals et musiques underground; formes anciennes ou inédites de la création artistique ; émergence de scènes nouvelles.
Cinémas du réel : une nouvelle vague ?
Création cinématographique au Maghreb et au Moyen-Orient.
Questions éthiques : les bricolages de la modernité
Questions de bioéthique, de conduites individuelles et collectives dans des situations inédites ; scène judiciaire, remises en cause et élaboration de la norme juridique.
Écriture et modernité au Maghreb et au Moyen-Orient
Littératures, traductions, créations.
Les ateliers auront une durée de 2h30. Ils peuvent prendre la forme de tables rondes ou de communications plus formelles d’une durée maximale de 20 minutes pour privilégier la discussion. Ils seront en effet conçus comme un lieu d’échange d’expériences, d’expertise
dans un domaine particulier, de témoignage des difficultés, mais aussi de propositions de réponses. Celles-ci constitueront la base des recommandations élaborées au cours de la phase préparatoire, discutées en séance et restituées en fin de forum.
Pour proposer une contribution,

Organisation et contact :
Makram Abbès : makram.abbes@ens-lyon.fr
Frédéric Abécassis : frederic.abecassis@ens-lyon.fr
Abbès Zouache : Abbes.Zouache@univ-lyon2.fr
Comité scientifique et de pilotage :
Makram Abbès, Professeur en Études arabes, ENS de Lyon
Frédéric Abécassis, LARHRA, MCF en histoire contemporaine, ENS de Lyon
Cyrille Aillet, CIHAM, MCF en histoire médiévale, Lyon 2
Marc André, Lycée international de Lyon, LARHRA
Narimane Abd Alrahman, Lycée Lacassagne, La Clé des langues
Souad Ayada, IGEN, groupe philosophie
Yassir Benhima CIHAM, MCF en histoire médiévale, Paris III
Catherine Biaggi, IGEN groupe histoire-géographie
Gilles Boyer, Université Lyon 1, ESPE
Pascal Burési, CIHAM, Directeur de l’IISMM-EHESS,CNRS
Sylvia Chiffoleau, LARHRA, CNRS
Irène Favier, LARHRA, MCF en histoire contemporaine, UGA
Touriya Fili-Tulon, MCF Lyon 2 en littérature comparée, Passages XX-XXI
Jean-Louis Gaulin, Professeur d’histoire médiévale,
université Lyon 2, Directeur du CIHAM
Bernard Hours, Professeur d’histoire moderne, université Lyon 3,
Directeur du LARHRA
Michel Lussault, géographe, Professeur d’Études urbaines, Directeur de l’IFÉ et président du Conseil supérieur des programmes.
Philippe Martin, Professeur d’histoire moderne, université Lyon 2, Directeur de l’ISERL.
Claire Marynower, MCF en histoire contemporaine, Science po Grenoble
Catherine Mayeur-Jaouen, Professeur d’histoire contemporaine, INALCO, Directrice du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans
Michel Nesme, IPR Philosophie, Lyon et Grenoble ; Référent laïcité, Lyon
Renaud Payre, Professeur Science po Lyon, Directeur de Triangle
Yves Poncelet, IGEN, Groupe histoire-géographie
Nathalie Reveyaz, IPR d’histoire
et géographie, Grenoble, référente laïcité
Pierre-Louis Reymond, Professeur d’arabe, CPGE, Lycée du Parc
Oissila Saaidia, LARHRA, Professeur d’histoire contemporaine, université de Lyon 2
Haoues Seniguer, Triangle, MCF Science po Lyon
Sophie Tardy, IGEN, groupe langues
Dominique Valérian, CIHAM, Professeur d’histoire médiévale université de Lyon 2
Catherine Vercueil, IPR HG, Lyon ; référente Mémoire et Citoyenneté
Michel Younès, professeur en théologie à l’université catholique de Lyon
Abbès Zouache, CIHAM, CNRS
Communication :
Aude Riom, Directrice de la communication, ENS de Lyon

Créations de postes dès la rentrée 2016 pour renforcer la recherche et la formation en islamologie et sur la thématique de la radicalisation


Grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République : Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon annoncent des créations de postes dès la rentrée 2016 pour renforcer la recherche et la formation en islamologie et sur la thématique de la radicalisation
[Mobilisation pour les valeurs de la République]  – Communiqué de presse – Najat Vallaud-Belkacem – Thierry Mandon – 19/02/2016

Comme prévu dans le cadre de la Grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République engagée par Najat Vallaud-Belkacem à la suite des attentats de janvier 2015, et en s’appuyant sur le rapport sur les « disciplines rares » de Fabienne Blaise, Pierre Mutzenhardt et Gilles Rousel remis en décembre 2014, Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon ont décidé de soutenir la recherche et la formation sur une discipline et une thématique spécifiques : l’islamologie d’une part, et la thématique de la radicalisation d’autre part, car elles souffrent aujourd’hui d’un déficit d’emplois et d’étudiants. Les ministres annoncent donc la création d’emplois d’enseignants chercheurs qui vont permettre de renforcer des projets de formation et de recherche sur ces sujets dès la rentrée 2016.

Un appel à manifestation d’intérêt avait été lancé en décembre 2015 en direction des établissements d’enseignement supérieur. Parmi les 27 dossiers reçus, une première sélection a permis de retenir six projets :

  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Création d’un poste de maître de conférences en sciences politiques autour du thème « Radicalité islamique : parcours militants, réseaux transnationaux et pratiques d’État ».
  • Université de Strasbourg : Création d’une licence d’islamologie.
  • Sorbonne Université : Création d’un poste d’enseignant chercheur en didactique du fait religieux islamique et de la construction culturelle de l’arabité, en lien avec l’Ecole supérieur du professorat et de l’éducation (ESPE) de l’académie de Paris. Cette perspective sociologique sera utile aux futurs enseignants d’arabe ainsi que d’autres disciplines (histoire, géographie, économie, philosophie).
  • Aix-Marseille Université : Création d’un poste d’enseignant chercheur autour du thème « L’islam dans la cité en temps de mondialisation – textes, débats et pratiques du 19e siècle à nos jours » au sein du laboratoire de recherche IREMAM.
  • Ecole pratiques des hautes études : Création d’un poste de directeur d’études en islamologie et plus particulièrement sur l’exégèse et la théologie de l’islam sunnite. Ce directeur d’études interviendra également en formation, en lien avec l’Institut européen en sciences des religions au sein de l’EPHE.
  • Université de Lyon : Création d’un poste d’ingénieur de recherche en appui de la thématique « Histoire de la pensée islamique : textes et pratiques religieuses ». Le poste viendra en appui des études comparatives.

Une seconde sélection sera effectuée prochainement, à la lumière des conclusions du rapport de l’Alliance ATHENA sur la recherche en islamologie et sur la thématique de la radicalisation. Cette seconde sélection permettra de soutenir les projets de 4 établissements supplémentaires. Au total, ces nouveaux moyens représenteront 650 000 euros pour l’année universitaire 2016.

Catherine Mayeur-Jaouen, professeur d’histoire de l’islam moderne et contemporain à l’INALCO, assurera le suivi des actions menées grâce à ces créations d’emplois, en lien avec la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP) et la direction générale de la recherche et de l’innovation (DGRI).

Ce soutien aux disciplines rares donnera lieu à un nouvel appel à manifestation d’intérêt en direction des établissements d’enseignement supérieur pour l’année 2017.

Rapport de l’Institut Montaigne. 2015. Discriminations religieuses à l’embauche : une réalité, par Marie-Anne Valfort

L’appartenance religieuse est un facteur important de discrimination à l’embauche. Elle touche plus particulièrement les candidats musulmans.

Le rapport est signé par  Marie-Anne Valfort, économiste à l’École d’Économie de Paris, à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Le  testing a été réalisé à partir de  6231  CV en France métropolitaine de septembre 2013 à septembre 2014. Il  inclut les trois grands monothéismes présents sur le sol national.

Si le protocole d’enquête est rigoureux et les interprétations sérieuses, celles-ci peuvent être fragilisées par une faible connaissances des comportements et pratiques religieux, qui sont alors traitées sous l’angle de la perception et des stéréotypes.

Il s’agit néanmoins du plus complet et vaste des rapports sur le sujet.

http://www.institutmontaigne.org/res/files/publications/20150824_Etude%20discrimination.pdf

 

 

 

Ouverture du carnet de recherche Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire (REDISCO)

Le collectif de recherche Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire (REDISCO) vient d’ouvrir un carnet sur la plateforme Hypothèse. Ce carnet diffuse l’actualité de la recherche « Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire » portée par l’université Lyon 2 (laboratoire Éducation, cultures, politiques) en partenariat avec l’Ifé-ENS de Lyon (2015-2020).

Le collectif REDISCO mène une enquête de grande ampleur auprès de personnels de l’éducation (enseignants, chefs d’établissement, conseillers d’éducation). Comment agissent-ils, quelles ressources mobilisent-ils (argumentaires ou autres), parfois en amont des situations, selon quelles logiques, en référence à quels principes de justice ?  Comment interprètent-ils l’expression des religions, les manifestations de discriminations et de racisme ? L’équipe est pluridisciplinaire : sciences de l’éducation, sociologues, didacticiens, historiens, linguistes, psychologues, philosophes. Elle est aussi pluricatégorielle : enseignants-chercheurs, étudiants (M2 recherche, doctorants), enseignants du secondaire associés à l’Ifé-ENS de Lyon. Sa perspective est internationale: France, Québec, Suisse, Brésil.

Lien : http://redisco.hypotheses.org/

 

Publication : L’ISLAM DE FRANCE : NOUVEAUX ACTEURS, NOUVEAUX ENJEUX

L’ISLAM DE FRANCE : NOUVEAUX ACTEURS, NOUVEAUX ENJEUX

Confluences Méditerranée n°95, 2015 (sortie en Janvier 2016)
Robert BistolfiHaoues Seniguer
Dossier dirigé par Robert Bistolfi et Haoues Seniguer

Les textes proposés dans ce dossier ne prétendent pas fournir un tableau exhaustif des dynamiques de ouautour de l’islam de France, mais simplement d’apporter des éléments d’analyse au travail de la raison. Au sommaire notamment : La porte étroite : les musulmans dans la République ; Leaders musulmans et fabrication d’un « islam civil » ; Le salafisme en France ; Féminisme-s islamiques-s ; La transversalité politique de l’islamophobie, …

 

 

Audio : normativités islamiques, le licite et l’illicite dans l’islam contemporain européen

NORMATIVITÉS ISLAMIQUES, LE LICITE ET L’ILLICITE DANS L’ISLAM CONTEMPORAIN EUROPÉEN

Thème : Normativités islamiques, le licite et l’illicite dans l’islam contemporain européen

Conférence de :

Florence Bergeaud-Blackler, chargée de recherche au CNRS
Fermeture et ouverture de l’espace alimentaire musulman au XX°, de Muhammad ‘Abduh aux prémisses du marché halal

 

Julien Beaugé, post-doctorant au Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique – Épistémologie et Sciences Sociales (CURAPP-ESS).

Modérateur : Pascal Buresi, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EHESS et directeur de l’IISMM

 

Date : 7 avril 2015

Durée : 01h25

Séminaire 2015-2016 : l’offre d’islam en France, IRENE-IREMAM

Islams de France : « l’offre d’islam »

Séminaire 2015-2016

Programmation : Sylvie Taussig (Centre Jean Pépin, IRENE)
et Florence Bergeaud-Blackler (Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman)

Ecole normale supérieure (ENS)

45, rue d’Ulm, Paris 5° 

Mardis de 11h à 13h  en salle Dussane
du 29 SEPTEMBRE 2015 au 5 JANVIER 2016
Séances animées par Florence Bergeaud-Blackler FBB (IREMAM),
Martine Cohen MC (GSRL), Bernard Godard BG (IESR/EPHE),
Sylvie Taussig ST (CJP)

  Le séminaire IRENE 2015-2016 à l’ENS, s’associe cette année à l’IREMAM d’Aix-en-Provence pour présenter un panorama de groupes, d’institutions et de courants religieux représentant la diversité de l’islam aujourd’hui. Ces séances consacrées à l’offre d’islam en France seront entrecoupées de moments réflexifs (en vert dans le programme) où seront décryptées les grandes questions soulevées par cette diversité religieuse et les réactions qu’elles suscitent .

Les analyses et mises en perspectives proposées font partie intégrante du programme et de la réflexion d’IRENE. Il était inévitable que les assassinats du 7, du 8 et du 9 janvier suivis des manifestations qui se sont déroulées du 8 au 11 janvier – couronnée par une marche exceptionnelle par l’ampleur de la participation et d’emblée considérée comme « historique » – donnent à ces thèmes une actualité supplémentaire : une actualité de commentaires et de prises de position intellectuelles et médiatiques, parfois contradictoires voire conflictuelles ; une actualité politique aussi à travers des polémiques (cf. minute de silence, repas dans les cantines scolaires, jupes, théories complotistes etc ), concernant la place et l’intégration des musulmans voire de l’« islam » de France ; des mesures de recadrage des institutions islamiques de France (avec l’annonce d’une consultation ministérielle et la mise en place d’une instance de dialogue avec l’islam), une actualité enfin de la laïcité française, qui apparaît, en général, et dans le principe, comme la solution nécessaire, mais sur laquelle existent désormais de vifs différends quant à sa portée pratique dans les « problèmes de société » où les « musulmans » sont souvent opposés aux « non-musulmans » , les « religieux » aux « athées », la « laïcité ouverte » aux « laïcards » etc.

Dans les discussions, ce contexte complexe sera inévitablement présent. Néanmoins, IRENE, associée cette année à l’IREMAM, a souhaité s’intéresser aux dynamiques intellectuelles et normatives à l’intérieur de ce qu’on appelle trop vaguement l’islam en faisant le point sur les « offres d’islam », pour montrer sa grande hétérogénéité et plasticité. Priorité sera donnée aux contributions de chercheurs sortant des généralités et des à-peu-près pour bien situer les groupes, les forces et les tendances qui représentent, peu ou prou, « officiellement » ou non, l’islam de France. Quelques thèmes seront dégagés, à l’issue de la séance inaugurale, qui permettront d’établir des points et perspectives de comparaisons. 

29 septembre 2015
Usages militants de l’islam dans les espaces publics de France,
Haoues Seniguer, Maître de conférences à Sciences Po Lyon

6 octobre 2015
Les Frères et l’UOIF, en être ou pas ?
Omero Marongiu , Farid Abdelkrim

13 octobre 2015
La structuration juridique des activités islamiques en France,  enjeux et perpectives
Alain Garay, Avocat à la Cour d’appel de Paris.

20 octobre 2015
Blasphème, religion et laïcité, analyse anthropologique d’une crise mondiale
Jeanne Favret-Saada, Directrice d’Etude à l’EPHE
discutant Arnaud Esquerre, Chargé de recherche CNRS.

27 octobre 2015 
Les courants de l’islam turc en Europe
Dilek Yankaya,post-doctorante, IREMAM, dans le cadre du programme WAFAW (ERC – CNRS)

 03 novembre 2015
Les relations État et culte musulman, leurs apories – depuis les années 1980. Les missions du Bureau Central des Cultes. Bernard Godard, consultant au BCC du Ministère de l’Intérieur

10 novembre 2015
L’exceptionnalité française au respect de l’Etat; long distance nationalism,
Riva Kastoryano, Directrice de recherche CNRS, Sciences Po Paris.

17 novembre 2015
Courants islamiques et diasporas Sud-sahariennes,
Aïssata Ba, sociologue, Mahamet Timera, Professeur de sociologie à l’Université Paris Diderot Paris 7

24  novembre 2015
Le djihadisme européen comme anti-culture
Asiem Al Difraoui,
politologue, économiste, Sciences Po Paris.

1er décembre 2015
Le soufisme et ses confréries en France
Cheikh Bentounes, confrérie soufie Alawiyya,   discutant Denis Gril,Professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille, IREMAM 

 8 décembre 2015
Inclusive et progressive muslims en France et en Belgique
Ludovic Mohamed Zahed,
docteur en psychologie, imam Michael Privot Docteur en langues et lettres, avec spécialisation en langue arabe et histoire comparée des religions

15 décembre 2015
Expérience et possibilités théologiques d’un islam européen
Ghaleb Bencheikh, thélogien, président de la Conférence mondiale des religions pour la paix

5 janvier 2016
Les courants salafistes en France et en Belgique
Mohamed Ali Adraoui, docteur en Sciences Politiques, Hanifa Touag, CISMOC Centre interdisciplinaire d’études de l’islam dans le monde contemporain, Université catholique de Louvain

et conclusions du séminaire.


 

S’y rendre
BUS : 21, 27 (Feuillantines), 38 ou 82 (Auguste Comte), 84 ou 89 (Panthéon)
RER : Luxembourg (sortie rue de l’Abbé de l’Epée)
Métro : Ligne 7 (Censier Daubenton ou Place Monge)
Plan
Agrandir le plan
Plans à l’intérieur de l’école : (fournis par l’ENS : ici)
La salle Dussane se trouve au rez-de-chaussée et la salle des actes au premier étage. Cliquez sur les plans pour les agrandir.